Samsung ne compterait pas intégrer un capteur d’empreintes digitales sous l’écran avant la sortie du Galaxy Note 9

Les capteurs d’empreintes digitales placés sous l’écran des smartphones sont une véritable arlésienne technologique. Alors qu’on les attendait dans les principaux smartphones haut de gamme de cette année — Galaxy S8 et iPhone 8 en tête, les constructeurs ont tous abandonné l’idée, car la technologie n’est pas encore fiable. Des analystes financiers pensent aujourd’hui que Samsung ne l’intégrera pas sur ses téléphones avant le milieu de l’année prochaine.

N’attendez pas les capteurs d’empreintes digitales placés sous l’écran avant un bon bout de temps. C’est, en substance, ce qu’affirme aujourd’hui le cabinet d’analyse spécialisé dans la mobilité KGI, qui pense savoir que Samsung ne les intégrera pas sur ses téléphones avant la sortie du Galaxy Note 9, prévue au mieux (et si le Galaxy Note 8 n’explose pas) avant le mois d’août 2018. Voici ce que l’on peut lire dans ce rapport :

Depuis qu’Apple a annulé l’intégration d’un capteur d’empreintes digitales placées sous l’écran sur l’iPhone équipé d’un écran OLED [l’iPhone 8, NDLR] et que le Galaxy S9 disposera de nouvelles fonctionnalités clés comme un meilleur capteur à reconnaissance d’iris et d’un double capteur photo, Samsung n’a pas besoin de se presser de prendre le risque d’intégrer un tel capteur d’empreintes digitales.

Des capteurs encore trop chers et pas assez fiables

On sait en effet déjà que ni l’iPhone 8 — qui disposerait d’une technologie de reconnaissance faciale à la place de Touch ID —, ni le Galaxy Note 8 ne disposeront de la technologie cette année. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi le Galaxy S8 et le Galaxy Note 8 embarquent un capteur d’empreinte digitale placé maladroitement à l’arrière des téléphones. Cela signifie aussi que le Galaxy S9, qui sortira probablement en mars 2018, aura encore un « vieux » capteur d’empreintes digitales.

La technologie des capteurs d’empreintes digitales placés sous l’écran existe toutefois déjà. Qualcomm, par exemple, a annoncé qu’il était possédait déjà une telle technologieet le constructeur chinois Vivo a démontré que l’on pouvait déjà l’intégrer sur un smartphone. Mais dans le cas de constructeurs comme Samsung ou Apple, qui doivent assurer la production de millions de smartphones, la fiabilité et surtout le prix de ces capteurs ne sont pas encore jugés suffisants pour être intégrés à des appareils grand public. Rendez-vous l’année prochaine, donc, pour les voir fleurir sur la plupart des appareils haut de gamme.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *